Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Infos du jour

Juillet 2017 : Ce blog actif de 2005 à 2011 reçoit encore entre 50 et 100 visites par jour. Mais depuis 2012 vous trouverez notre nouveau projet et tapant www.veroeddy.be dans votre moteur de recherche préféré. A bientôt. Véro et Eddy

Recherche

Nous sommes ravis de vous accueillir virtuellement dans notre espace voyage. Nous avons ouvert ce blog de voyage en 2005, mais nous bourlinguons ensemble depuis plus de 30 ans. Nous espérons  vous divertir avec nos récits, mais surtout, vous donner envie de découvir le monde, vous aussi. Si vous souhaitez poser une question  C'est ici
Merci pour l'intérêt que vous portez à nos aventures. Bonne découverte.  
Véro et Eddy

Archives

26 février 2008 2 26 /02 /février /2008 20:39
Lili a trouvé une bonne piste sur le web, et Mimi nous a donné le nom exact de ce type de reproduction. Deux bébés ont vu le jour dans les premières semaines de 2008 au Sedwick County Zoo. Mais, comme nos lectrices  nous l'ont signalé, ce n'était pas le premier cas de parthénogénèse chez le varan de Komodo. La parthénogénèse est la faculté pour un oeuf de se développer sans fécondation. (*) Courante chez le pucerons (**), tous les jardiniers vous le diront, elle est connue chez certains vertébrés tels les lézards.

Chez le lézard Queue-en-fouet, il n'existe que des femelles. On a observé  cependant que la reproduction est facilitée  par la présence d'une autre femelle qui imite le mâle dans un comportement d'accouplement. Chez le Dragon de Komodo, les deux sexes existent. Mais les études sur l'ADN des bébés dragons démontrent qu'il ne s'agit ni d'un contact fortuit, ni de l'utilisation d'une réserve de spermatozoïdes, comme cela se produit aussi chez certaines espèces animales. Les deux frères ne sont ni des jumeaux, ni des clones. On sait également que dans le cas du varan la parthénogénèse donne toujours des mâles. (***)

Véro
 
(*) Biologie Campbell - De Boeck Université  et Biologie I - A. Nason, P. Goldstein
(**) on parle pour les pucerons de parthogénèse cyclique car elle est saisonnière  Biologie Générale - P Goffart-Louis/N Leysens
(***) Pour la détermination du sexe la femelle porte un chromosome W et un chromosome Z, tandis que le mâle porte deux Z.
Lors de la parthénogénèse, un chromosome de sexe est dupliqué : WW n'est pas viable ZZ donne un mâle.

NB : outre les ouvrages déjà cités, pour rédiger les articles et répondre aux commentaires, mes sources proviennent également de Elements de Biologie générale - J.P. Vanden Eeckhoudt et Biologie animale - Ed Delta Santa
Edit : Alain apporte les compléments éthymologiques indispensables dans un article consacré au mot parthénogénèse

 

Repost 0
25 février 2008 1 25 /02 /février /2008 18:23
 
 

L'actualité nous rattrappe et nous insite à partir pour les îles de la Sonde.
Au début des années 70, nous avions entendu parler de l'expédition de Walter Auffenberg.


Mais comme le montre un croquis tiré de son ouvrage (voir ci-dessous), l'observation du Varanus Komodoensis demandait l'aménagement d'un poste d'affût et la disposition d'un appât. Pour tout vous avouer, la construction de cabane n'entre pas dans nos compétences, pas plus que la chasse.


Heureusement, les autorités indonésiennes firent de l'île de Komodo un parc national en 1980.
Désormais,l'intendance était prise en charge et parmi les quelques 200 visiteurs qui ont accosté à Loh Liang en 1984 (dont plus de la moitié appartenait au monde scientifique), il y avait un couple de Belges curieux.

C'est dans son habitat naturel que nous avons pu observer le fameux Dragon de Komodo dont un zoo américain possède 2 spécimens.
Jusque là me direz-vous, pas de quoi faire un article sauf que les deux dragons sont deux femelles.

 
 
Le vetébré que je suis s'étonne donc que l'une d'elle ait donné naissance à deux bébés dragons mâles en janvier dernier.

Je n'irai pas plus loin aujourd'hui, je vous livre cette enigme : comment est-ce possible ?
 

Véro

 
Repost 0
24 février 2008 7 24 /02 /février /2008 19:36
 
L'après-midi s'achève. Nous sentons notre chauffeur un peu "lazy". Haït propose de rentrer au camp. Nous, par contre, nous voulons nous élancer à l'assaut des dunes de sable.
Après, nous avoir donné quelques repères pour retrouver le camp, Haït reprend le volant de son 4X4. "No problem" ! Nous nous débrouillerons comme des Bédouins pour le rejoindre à pied, avant la tombée du jour.
 
 
De temps à autre, le vent entraîne une brindille dans une ronde, dessinant ainsi des cercles concentriques dans le sable.
 
Bientôt, le silence absolu s'impose. Plus le moindre bruit, même pas un frisson de vent. C'est génial, de se retrouver ainsi seuls dans le désert...
 
Enfin ! Seuls, pas tout à fait !
 
Si quelqu'un identifie la bêbêête, qu'il n'hésite pas à nous informer. Merci d'avance.
 

(à suivre)

Véro et Eddy
Repost 0
Published by Vero et Eddy - dans Jordanie
commenter cet article
23 février 2008 6 23 /02 /février /2008 18:52
 
 
 
 
 
Au loin nous admirons une arche. Sans les jumelles, on dirait un simple trou dans les rochers.
 
 
 
C'est très chouette de rouler ainsi et d'escalader les dunes de sable. Cette conduite demande une attention de chaque instant. Occasionnellement, nous distinguons un autre véhicule, ce qui donne une échelle de grandeur dans ce paysage minéral.
 
 
Nous filons en direction de Burdah bridge. Comme son nom l'indique, il s'agit d'une autre arche.
 
 
Ici encore, faisant fit de tout vertige,Véro grimpera au sommet de la structure rocheuse.
 
 
Au sommet de l'arche, Véro photographie son ombre portée ...
 
 
Véro entreprend la descente.
 
 
Notre héroïne débouche d'une fissure et longe la paroi avant d'entamer la descente de la pente rocheuse.
 

(à suivre)

Véro et Eddy

 
Repost 0
Published by Vero et Eddy - dans Jordanie
commenter cet article
19 février 2008 2 19 /02 /février /2008 15:03
 
La chaleur se fait moins accablante. Le chauffeur nous propose de suivre le canyon où nous avons déjeuné. Quant à lui, il fera le tour avec la voiture et nous attendra de l'autre côté. Sans plus tarder, nous nous mettons en chemin.
 
 
Tous les passages ne sont pas aussi aisés. Tantôt il nous faut traverser des buissons, tantôt, nous devons nous aider des deux mains pour escalader de gros blocs de pierre qui obstruent le défilé.
Nous débouchons finalement à l'autre extrémité du canyon. Les Anglais nous précèdent, ce qui donne une échelle de comparaison aux rochers qui nous entourent.
 
 
 
A notre tour nous sortons du défilé. Devant nous le spectacle est grandiose.
 
 
 

Agrandissement 1

 

Agrandissement 2

 

Nous entamons la descente pour rejoindre la voiture.

 
 
"Haït" est au rendez-vous. Capot levé, la voiture aère son moteur.
 
(à suivre)
Véro et Eddy
 
Repost 0
Published by Vero et Eddy - dans Jordanie
commenter cet article
18 février 2008 1 18 /02 /février /2008 15:26
 

Tandis que je m'active (voir photo ci-dessus) et que Véro rédige ses commentaires, notre chauffeur utilise son gsm pour contacter d' autres Bédouins. L'aide est rapide et efficace. Elle se présente sous les traits d'un jeune garçon de 16 ans qui conduit déjà depuis deux ans.

 
 
 

Ça y est! C'est réparé! Nous pouvons repartir.
A l'heure du lunch, notre chauffeur retrouve l'un de ses collègues à un endroit convenu. Ensemble, ils prépareront le repas. C'est un lieu sympathique où nous faisons la connaissance de la famille anglaise avec laquelle nous partagerons le camp. Un couple avec 4 enfants. Ils ont vécu au Japon et à Singapour, mais pour le présent, ils vivent en Angleterre. Les deux chauffeurs-guides se sont reconvertis en chauffeurs-guides-cuistos.

 
 
Un vrai festin nous attend: thon en boîte et sardines, foul aux tomates et aux oignons, poires et oranges comme dessert. Le tout arrosé de thé. Après ce repas convivial, nous nous retirons à l'ombre des rochers pour une petite sieste. Ce sont les heures les plus chaudes. Nous nous prélassons tout en goûtant quelques figues sauvages.
 
 

(à suivre )

Véro et Eddy

 
Repost 0
Published by Vero et Eddy - dans Jordanie
commenter cet article
17 février 2008 7 17 /02 /février /2008 13:36
 
 

Nous poursuivons notre marche dans le désert du Wadi Rum, sur les indications données par "Haït", notre chauffeur. Nos pas s'enfoncent dans le sable, ce qui rend l'effort encore plus pénible sous la chaleur du soleil. Nous sommes ravis d'avoir emporté 5 litres d'eau. Par contre, nous sommes surpris qu'Haït se soit embarqué sans boisson, faisant entièrement confiance à son gsm.

Je ne sais pas si c'est pour nous remonter le moral ou pour nous impressionner, mais notre chauffeur nous explique:

 

"Il y a quelques temps, je me suis trouvé seul dans une situation identique... mais je n'avais pas de gsm... il a fallu marcher pendant six heures avant de trouver du secours."

 
 
Tout à coup, contournant une colonne rocheuse, nous découvrons avec satisfaction, les tentes d'un camp.
 
 
Nous nous abritons, à l'ombre des rochers. Moment très agréable: nous nous désaltérons et nous prenons du repos. Véro consigne nos aventures dans son journal de bord.
 
 
 
Salon de thé dans le désert: une bobine de câble renversée sert de table. Tandis que je continue à consommer de l'H2O , "Haït" prépare du thé dans une bouilloire noircie par le feu de bois. Aussi étrange que cela puisse paraître, le thé chaud désaltère très efficacement.
 
 
 
(à suivre)
Véro et Eddy
Repost 0
Published by Vero et Eddy - dans Jordanie
commenter cet article
13 février 2008 3 13 /02 /février /2008 14:40
 
 
Nous quittons la faille de Khazali et ses dessins rupestres. A certains endroits, le sable change de texture et de couleur... Le chauffeur se débrouille "vachement" bien pour rouler à travers tout avec le 4X4. Tous les visiteurs sont baladés dans une zone assez réduite. Nous croisons à plusieurs reprises des traces de pneus. Elles se mêlent aux empreintes de chameaux et à celles des chèvres. Assez curieusement, malgré toutes ces marques dans le sable, nous sommes seuls.
 
 
"Haït", notre chauffeur arrête le moteur et nous propose de prendre une photo. A l'instant où nous descendons du véhicule, un long "psssssssssht" rompt le silence... le pneu arrière droit est plat !
 
 
 
Cela prend des allures de Tintin et le crabe aux pinces d'or ( Haddock, Tintin et Milou dans le désert) à moins que ce soit les Dupond et Dupont au pays de l'or noir. Dans les deux cas, cela vaut de l'or.
 

( à suivre... à la trace)

Véro et Eddy

Repost 0
Published by Vero et Eddy - dans Jordanie
commenter cet article
11 février 2008 1 11 /02 /février /2008 16:10
 
Nous filons vers la fissure de Khazali. Les parois rocheuses sont couvertes de dessins, témoignage d'une occupation très ancienne des lieux... une époque où la région n'était peut-être pas un désert.
 
 
 
 
 
Allez ! Encore un petit effort pour recouvrer la pleine lumière du jour.
 
( à suivre )

Véro et Eddy

Repost 0
Published by Vero et Eddy - dans Jordanie
commenter cet article
10 février 2008 7 10 /02 /février /2008 15:27
 

Nous sommes donc bien coincés à la source de Lawrence. Notre chauffeur, encore jeune, n'a aucune influence sur ses aînés qui mènent les troupeaux. Nous pouvons donc prendre tout notre temps pour observer le manège des biquettes et des Bédouins. D'après ce que nous comprenons, les plus âgés sont prioritaires et revendiquent leur droit de passage avant les autres propriétaires de troupeaux. Et donc celui à qui appartient les biquettes qui immobilisent le 4X4, attend, lui aussi que ses aînés aient terminé le recensement de leur bétail. On ne remarque pas beaucoup de femmes. Les jeunes gamins donnent un coup de main pour garder les bêtes groupées.

 
 
Il y celles qui ont une coupe new wave.
La corne boucle d'oreille.
 
Il y a celles qui ne se laissent pas faire ! Non, mais dites donc ! Faites la file comme tout le monde !
 
 
Calmez-vous, les filles ! C'est à nous !
 
 
Cette fois, ça y est ! Le propriétaire du troupeau s'en mêle. Nous allons pouvoir récupérer le véhicule et quitter la source de Lawrence.
 
 
Nous prenons la direction du Khaz'ali Canyon.
 

( à suivre )

 
Véro et Eddy
Repost 0
Published by Vero et Eddy - dans Jordanie
commenter cet article