Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Infos du jour

Décembre 2016 : Ce blog actif de 2005 à 2011 reçoit encore entre 50 et 100 visites par jour. Mais depuis 2012 vous trouverez notre nouveau projet et tapant www.veroeddy.be dans votre moteur de recherche préféré. A bientôt. Véro et Eddy

Recherche

Nous sommes ravis de vous accueillir virtuellement dans notre espace voyage. Nous avons ouvert ce blog de voyage en 2005, mais nous bourlinguons ensemble depuis plus de 30 ans. Nous espérons  vous divertir avec nos récits, mais surtout, vous donner envie de découvir le monde, vous aussi. Si vous souhaitez poser une question  C'est ici
Merci pour l'intérêt que vous portez à nos aventures. Bonne découverte.  
Véro et Eddy

Archives

3 avril 2009 5 03 /04 /avril /2009 17:06
 
 

Dans le village, deux types d'habitat se cotoient, l'un en maison collectives, l'autre en cabanes individuelles.
Invité à entrer Eddy en profite pour faire un croquis.
Une casserole couve sur le feu et une épaisse fumée s'élance vers la toiture qui laisse filtrer çà et là quelques faisseaux de lumière.
Un homme debite un tronc de bananier qui servira de nourriture pour les porcs
Il n'y a pas d'eau courante au village.
Mais, comme un monastère y est installé, la communauté monacale qui est mixte à canalisé l'eau.
C'est à cet endroit que les habitant s'approvisionnent.
La moniale principale nous invite à prendre le thé et nous propose des biscuits secs.
Sa congrégation comporte environ 40 personnes appartenant toutes à l'ethnie Palaung.

 
 
 
 
 


Le lieu abrite aussi un atelier de tissage du coton et de la laine.
Les fils utilisés sont de couleurs bien précises.
Les costumes traditionnels sont entièrement fabriqués ici.
On accepte de m'en vendre un et c'est de bonne grace que je me prête aux essayages.
Au village personne ne porte ses beaux habits qui ne servent que lors des sorties et pour les grandes occasions.

 
 
 
 
 
Véro et Eddy
Repost 0
Published by Vero et Eddy - dans Myanmar ou Birmanie
commenter cet article
31 mars 2009 2 31 /03 /mars /2009 12:10
 
Après une nuit dans le train, nous embarquons discrètement dans un "DATSUN".
Par ce nom, les Birmans désignent un pick up converti pour le transport des personnes, même lorsque le véhicule n'est pas de la marque.
Grâce à des contacts antérieurs, nous trouvons un guide pour nous accompagner en randonnée.
Cupidon a planté une flèche dans le coeur de Paul et la bien-aimée exerce le métier d'institutrice dans un village Palaung.
Guidé par ses sentiments, il connait tous les chemins des chars à boeufs et le moindre raccourci dans les collines de cette partie du plateau Shan.
Une jeep nous a déposé dans la campagne et nous progressons ensuite à travers champs.
 
 

En route, nous observons des cultures de thé, de maïs et d'une plante dont on cueille les feuilles qui servent d'enveloppe aux fameux cigares birmans.

 
 
Afin de facilité la cueillette, on ne laisse pas la plante grandir.
Les feuilles sont traitées dans le village.
Sur un four en brique de 6m de long une vingtaine de plateaux servent pour le sèchage.
 
 
 
Cette tâche occupe un homme à plein temps.
Dès que le dernier plateau est garni, les feuilles du premier sont retirées, entassées dans le panier de transport et renouvellées.
Elles seront ensuite acheminées par le chemin que nous avons suivi jusqu'à la route.
Là,les villageois attendront le passage d'un camion qui les déposera courtoisement au marché de Kalaw.
Dans cette région, il n'est pas nécessaire de lever le pouce.
Sur le trajet de retour, une fois la route atteinte, le premier camion s'arrêtera et nous regagnerons l'hôtel assis sur un chargement de sacs d'engrais.
A la réception tout le monde trouvera cela normal et notre guide s'empressera d'enfiler un tablier car il nous a fait promettre de goûter à sa cuisne.
 
Vero et Eddy
Repost 0
Published by Vero et Eddy - dans Myanmar ou Birmanie
commenter cet article
27 mai 2007 7 27 /05 /mai /2007 15:32

Celui-ci a un petit côté George Bush, non ?

Les Nats se manifestent au cours de grandes fêtes organisées en leur honneur. Les familles les implorent pour recouvrir la santé ou pour s'attirer des bonnes grâces de dame chance. Ces esprits interviennent par l'intermédiaire de "médiums". Etre médium est une profession. Ainsi, les enfants montrant des prédispositions à la transe sont amenés à devenir le "natkadaw" d'un nat. Ils apprennent alors à mimer par la danse, les épisodes tragiques de la vie d'un nat. Si la profession de médium était exclusivement féminine, il y a encore quelques années, elle a tendance à se masculiniser.

Offrandes de riz, de nourritures, de fruits et de fleurs.

Chaque humain, en fonction de sa naissance appartient à un signe astrologique birman... sur le ruban sont représentés les différents symboles astrologiques. Ceux qui comme Véro sont nés un jour de peine lune sont voués à un destin exceptionnel... (la preuve: elle m'a rencontré)
Même l'oiseau se dissout, se pétrifie et devient pierre pour mieux se confondre avec l'architecture des lieux... une sorte de transparence.
L'un des quatre couloirs gardés par deux lions et qui mènent à la pagode Shwedagon.

(à suivre)

Véro et Eddy

Repost 0
Published by Vero et Eddy - dans Myanmar ou Birmanie
commenter cet article
26 mai 2007 6 26 /05 /mai /2007 21:01
Conjointement au bouddhisme, les Birmans ont foi en l'existence des "nats".
Au nombre de 37, les nats sont les héros des croyances animistes antérieures au bouddhisme. Ce sont des esprits invisibles qui habitent les montagnes, les lacs, les fleuves ou les arbres. Leur roi que les Birmans nomment "Thagyamin" sait tout et entend tout.

Les nats gardent les monastères et les pagodes. Thagyamin tient le registre des mérites.

Chaque nat, bon ou mauvais, a son domaine et sa spécialité. Les Birmans entretiennent une bonne relation avec les nats en leur présentant des offrandes quotidiennes (fleurs, plantes, fruits, riz , encens et ...cigarettes)
 

(à suivre)

Véro et Eddy

Repost 0
Published by Vero et Eddy - dans Myanmar ou Birmanie
commenter cet article
23 mai 2007 3 23 /05 /mai /2007 21:51
Etre en paix, se sentir en communion avec l'endroit...avoir tout simplement envie d'y retourner car on s'y sent bien. Avoir ce "regard éloigné" dont parle Claude Lévi-Strauss. Se sentir en dehors de ce que l'on observe. Avoir l'impression que le regard part de l'intérieur, distinguer le halo des orbites et se sentir en complète sécurité au dedans de soi, comme dans un cocon douillet et regarder... devenir un instant transparent aux autres pour mieux s'intégrer à la scène. Je suis devenu tellement transparent au milieu qui m'entoure, que même l'oiseau ne s'effraie plus...
Le temps s'arrête. Les aiguilles des pendules suspendent leurs courses. Tout se fige dans mes souvenirs.
A quoi pense le moine? Sommes-nous finalement si différents ou sommes nous à cet instant si proche l'un de l'autre? A quoi croyons-nous vraiment? En ce moment, ce n'est pas tellement la foi que son visage exprime, mais une profonde lassitude... peut-être un doute... non point un doute sur ce qu'il croit, mais le doute de soi d'y arriver. Une fatigue de l'homme qui n'arrive peut-être pas à mettre en pratique ses propres principes, sa croyance... mais qui au fond de soi espère , espère un jour y arriver.
Etonnement aussi de cette jeune bonzesse qui observe Véro en train de dessiner et donc j'ai capté l'attitude en travaillant ma transparence. C'est fou, j'ai l'impression d'être invisible aux regards des autres. Personne ne m'observe.
Plus loin, au-delà des pagodons, sur la terrasse supérieure, un Birman téléphone sur son GSM, ce qui rompt un peu le charme de l'endroit. Il ne sait pas qu'on l'observe. Combien de fois dans l'existence m'a-t-on observé ainsi sans que je m'en rende compte? Combien de fois ai-je isolé du regard un passant, une passante ?
Mon regard revient sur la bonzesse dont le regard ne quitte pas Véro.
Sous le Bouddha anonyme, le moine est toujours perdu dans ses pensées lointaines.
Finalement chaque regard est unique et par la photo je vous fais partager les miens et ceux de Véro.
A l'ombre, sous les colonnades, une bonzesse lit les lignes de la main. Horoscopes et divination sont répandus dans la population birmane. Savoir ce qui va se passer dans son existence, apprendre à mieux gérer sa vie...Croire et espérer...une vie entière à s'entendre dire des choses qui soulagent ou qui donnent de l'espoir... qui soignent les blessures de l'existence. Savoir si l'on va être aimé...Allez on arrose une fois encore la divinité pour lui rendre hommage.!
On se prosterne devant des statues pour demander... pour remercier...

(à suivre)

Véro et Eddy

Repost 0
Published by Vero et Eddy - dans Myanmar ou Birmanie
commenter cet article
21 mai 2007 1 21 /05 /mai /2007 06:41
Nous revenons sur Yangon. Nous ne pouvons nous empêcher de faire un tour à la pagode Shwedagon où chaque visite se solde par de nouvelles découvertes et de nouvelles scènes.
 

(à suivre)

Véro et Eddy

Repost 0
Published by Vero et Eddy - dans Myanmar ou Birmanie
commenter cet article
17 mai 2007 4 17 /05 /mai /2007 16:28
En route vers de nouvelles aventures...
Accrochez-vous ! Où vous le pouvez !
Nous quittons la ville de Pyay pour...

La photo ci-dessus pourrait vous induire en erreur ... Les apparences sont souvent trompeuses. Nous n'embarquons pas à bord du bus du Radisson Hotel de l'aéroport de Narita à Tokyo. Hé, non !
C'est le bus du Radisson Hotel qui n'est pas à sa place. Sans doute revendu aux Birmans en seconde main, l'autobus a conservé ses inscriptions d'origine... Cela paraît un peu suréaliste dans ce décor de bus terminal de troisième zone.
A l'arrière du véhicule, quelques bâtons d'encens terminent de se consumer... offrande d'un passager inquiet ? A moins que ce soit le chauffeur ?
A bord, les passagers s'installent et les marchandes proposent des biscuits, des cacahouètes, des bananes séchées, ...
Peu à peu le bus se remplit. Les strapontins de l'allée centrale seront bientôt occupés eux aussi. Nous ferons le dernier tronçon en bus... il nous faudrait quelques jours supplémentaires pour terminer la descente de l'Irrawaddy jusqu'à Yangon. Mais voilà, notre visa touche à sa fin... il nous faut à tout prix rejoindre la capitale et reprendre l'avion.

(à suivre)

Véro et Eddy

Repost 0
Published by Vero et Eddy - dans Myanmar ou Birmanie
commenter cet article
16 mai 2007 3 16 /05 /mai /2007 15:43

Une semaine complète sans un seul article ! Comment avez-vous survécu ? Sorry pour cette si longue absence du blog... Mais cette période de l'année est toujours pour nous, fort chargée...Tandis que Véro plonge dans ses notes des cours du soir... Je sombre de mon côté dans une mer d'obligations professionnelles... Mais nous arrivons à flotter... et nous revoici donc!

Je ne voudrais pas quitter Pyay sans vous présenter la ville au travers du regard de Véro:
A force de l'observer dans l'objectif, j'ai l'impression qu'il m'observe également...
Les angles changent, mais ce sont les mêmes sujets qui nous attirent.

(à suivre)

Véro et Eddy

Repost 0
Published by Vero et Eddy - dans Myanmar ou Birmanie
commenter cet article
9 mai 2007 3 09 /05 /mai /2007 19:09
Fleurs et bâtons d'encens se disputent les faveurs du Bouddha .
 
 
Des dizaines de clochettes carillonnent au vent, au sommet du cheddi.
Pour quitter la plate-forme nous empruntons une autre allée d'escaliers. Les liseurs de lignes de main se croisent les bras (si j'ose dire) . Alors pour passer le temps ils et elles s'entraînent. On jette une poignée de coquillages dans une assiette et on lit le mode d'emploi pour interpréter la position des coquillages (côté fente ou côté dos)... ça n'a l'air de rien mais on ne raconte pas n'importe quoi !
On retrouve bientôt la lumière éclatante ... et nos amis les lions qui nous font un clin d'oeil ( j'vous assure ) avant de reprendre la pose.
 
 

(à suivre)

Véro et Eddy

Repost 0
Published by Vero et Eddy - dans Myanmar ou Birmanie
commenter cet article
8 mai 2007 2 08 /05 /mai /2007 21:49
A l'arrière plan on distingue les tours de l'ascenseur. Les deux lions de pierre semblent prendre la pose pour se faire photographier.
Nous vous emmenons à l'intérieur de la pagode Shwesandaw qui est située devant le grand bouddha. Vous reconnaissez votre héroïne préférée qui se prépare à ôter ses chaussures... car comme vous le savez, c'est pieds nus que l'on aborde l'intérieur des pagodes. A chaque entrée (il y en a généralement 4) un couple de lions gardent les lieux.
A l'intérieur, plusieurs volées d'escaliers mènent à la plate-forme sur laquelle a été édifié le cheddi. De chaque côté, les marchands du temple vendent des souvenirs et des offrandes. Aucun marchand ne se dispute la clientèle. L'endroit est paisible.
La preuve...Aujourd'hui, l'avenir peut attendre.
 
 
 
 

(à suivre)

Véro et Eddy

Repost 0
Published by Vero et Eddy - dans Myanmar ou Birmanie
commenter cet article