Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Infos du jour

Juillet 2017 : Ce blog actif de 2005 à 2011 reçoit encore entre 50 et 100 visites par jour. Mais depuis 2012 vous trouverez notre nouveau projet et tapant www.veroeddy.be dans votre moteur de recherche préféré. A bientôt. Véro et Eddy

Recherche

Nous sommes ravis de vous accueillir virtuellement dans notre espace voyage. Nous avons ouvert ce blog de voyage en 2005, mais nous bourlinguons ensemble depuis plus de 30 ans. Nous espérons  vous divertir avec nos récits, mais surtout, vous donner envie de découvir le monde, vous aussi. Si vous souhaitez poser une question  C'est ici
Merci pour l'intérêt que vous portez à nos aventures. Bonne découverte.  
Véro et Eddy

Archives

3 mars 2009 2 03 /03 /mars /2009 19:46

Philippe Bichon, "le GLOBEcroqueur" sera à Bruxelles ce week-end !
Vous pourrez le rencontrer au stand "Peuples et Continents" à la foire du livre off qui se tiendra au Centre Communautaire maritime, rue Vandenboogaerde 91, à 1080 Bruxelles. Pour plus de détails ...

 

Voyages, aquarelles, dessins, photos, témoignages et rencontres.
Au fil des pages de ses carnets, Philippe nous invite à partager sa "bourlingue" aux quatre coins du monde. Un GLOBEcroqueur-bourlingueur à suivre.

 
 
 
 

Découvrez mon actualité sur : BLOGcroqueur

A bientôt, j'espère !

 
Repost 0
Published by Vero et Eddy - dans Actualités
commenter cet article
1 mars 2009 7 01 /03 /mars /2009 21:57
 
 
 
 
 
 

Comme promis, nous vous rapportons quelques photos de notre escapade à Londres et plus particulièrement quelques clichés de la section égyptienne du British Museum. Il faut s'imaginer une époque où le menton du Sphinx était prolongé par un large bloc de pierre qui devait consolider le monument.

 
 
 

Il y a beaucoup de discussions concernant la datation de la barbe du Sphinx. Certains considèrent qu’elle faisait partie du monument d’origine. Pourtant certains détails stylistiques suggèrent qu’elle fut ajoutée 1000 ans plus tard, au cours d’une restauration.
Le Sphinx connut de nombreuses restaurations dont celle de la Période romaine (1er et 2e siècles après J.-C.)

 
 
Eddy et Véro
Repost 0
Published by Vero et Eddy - dans Egypte-Egypt
commenter cet article
21 février 2009 6 21 /02 /février /2009 13:36
 

Je vous invite à rencontrer le Sphinx. Tiens, il boude l'animal ! Enfin, cela nous permettra d'en faire le tour. Et tout d'abord, vous remarquerez la queue du divin félin qui s'enroule autour du corps. Un membre de la police touristique me fait signe de ne pas rester derrière le monument. Je suppose qu'il me soupçonne de vouloir me livrer à un rodéo archéologique. Bref! J'obtempère ! Nous découvrons les pattes et le flanc droit de la statue..

 
 

Sur la photo précédente, on se rend mieux compte à quel point l'agglomération de Gizeh borde le site archéologique.

Véro se contorsionne pour vous livrer quelques angles nouveaux.
Zoom sur les pigeons qui roucoulent aux oreilles du Sphinx.

 
 
 

Quant à moi, je vous présente une petite rénovation virtuelle. On s'éloigne un peu du profil du boxeur repenti, pour retrouver les traits du roi Khéphren.

 
 
 

Allez! Demain j'vous montre l'autre profil.

Par la barbe du Sphinx ! La semaine prochaine nous ferons un tour au British Museum pour compléter notre information.

 
Eddy et Véro
Repost 0
Published by Vero et Eddy - dans Egypte-Egypt
commenter cet article
17 février 2009 2 17 /02 /février /2009 19:19
 
La grande pyramide de Khéops fut édifiée il y a plus de 4500 ans. D'après certains calculs, sa construction aurait nécessité 2,3 millions de blocs de pierre. Chaque bloc de pierre pèse en moyenne 2,5 tonnes. Certains blocs peuvent peser jusqu'à 15 tonnes (environ le poids total de 2 éléphants africains adultes). On a également calculé que la construction de la pyramide aurait fait travailler 30 000 ouvriers pendant une vingtaine d'années.
Contrairement aux idées reçues, les pyramides ne furent pratiquement pas construites par des esclaves, mais bien par les paysans qui étaient réquisitionnés pour participer aux chantiers pendant la période des inondations du Nil.
 
 
Aujourd'hui l'ascension de la pyramide n'est plus autorisée.
 
 
Quelques touristes solitaires se prennent en photo ... mais cela manque un peu de profondeur de champ.
 
 
Pendant ce temps, cars et calèches sillonnent les allées. Il est midi. L'air chaud emplit les poumons à chaque inspiration. Ici le "chapia " est vraiment indispensable.
 
 
Nous abordons la pyramide de Chephren dont le sommet conseve encore une partie de son revêtement.
 
 
 
 
Nous prenons ensuite un peu de recul pour découvrir un autre témoin du passé : le Sphinx.
 
Eddy et Véro
Repost 0
Published by Vero et Eddy - dans Egypte-Egypt
commenter cet article
16 février 2009 1 16 /02 /février /2009 21:36
 
La police touristique prend un peu de hauteur pour surveiller les alentours. Tandis que les uns trinquent, le dromadaire reste sur sa réserve.
 
 
Quelques touristes locaux s'adonnent au reportage et à la randonnée équestres.
 
 
Eddy et Véro
Repost 0
Published by Vero et Eddy - dans Egypte-Egypt
commenter cet article
15 février 2009 7 15 /02 /février /2009 18:52
 

Petit voyage dans l'espace temps... Repartons pour l'Egypte en juillet 2007.

Aujourd'hui, nous retournons aux pyramides. Notre dernière visite remontait à 1979. A proximité du Musée du Caire, un charmant policeman nous prend en charge et arrête un bus 355 (nous avons encore un peu de peine à reconnaître rapidement les chiffres arabes). Nous payons 2 livres chacun. Le trajet s'effectue en quelque 45 minutes. Pffff !! Il fait chaud et l'air conditionné à bord du bus dispense de l'air chaud. C'est donc en nage que nous arrivons sur le plateau de Gizeh.

 
 
Première impression: aujourd'hui, la ville lèche quasi les pieds des pyramides, ce qui, dans mes souvenirs de 1979, n'était pas le cas. L'abord du site est entouré d'un muret qui circonscrit le périmètre dans lequel les visiteurs sont (théoriquement) à l'abri des vendeurs de toutes sortes. Un parking à calèches se trouve également en dehors de l'enceinte. Le système semble être dissuasif. Seuls huit personnes nous accostent avant le guichet où sont mis en vente les tickets (50 Livres) .
 
 
Le responsable des antiquités a fait le ménage ! Chevaux, dromadaires et vendeurs sont proscrits sur le site, à moins qu'un visiteur ait fait appel à leurs services à l'extérieur du périmètre. Tout cela est bien difficile à vérifier, car une fois à l'intérieur plus personne n'empêche les calèches de trouver de nouveaux clients.
 
 
Il est proche de midi. Les Egyptiens recherchent un peu de fraîcheur à l'ombre de la pyramide de Khéops.
 
 
 
 
 
 
 
Finalement, ce sont les membres de la police touristique qui ont pris la relève des marchands: ... et que je te montre l'endroit où tu pourras faire la plus belle photo, ...et que c'est encore plus beau avec un policier en uniforme qui pose devant la pyramide, ... et que je vous invite à passer de l'autre côté du cordon de sécurité, ... et que si vous le désirez je vous autorise aussi à photographier le dromadaire de la police, ... "Merci, c'est très gentil à vous, mais je préfère me promener" (d'autant que tous ces services conduisent irrémédiablement au " bakchich ").
 
 
Eddy et Véro
Repost 0
Published by Vero et Eddy - dans Egypte-Egypt
commenter cet article
10 février 2009 2 10 /02 /février /2009 20:51
De Maun à Gaborone
 

Helena, la patronne du old bridge lodge s'est chargée, la veille, de réserver un taxi que nous partagerons avec deux Anglaises.

En fait, ce sont trois taxis qui quittent le lodge, dans la nuit noire, à 5h20 du matin. Les véhicules se suivent en file et prennent la direction de Maun centre. Le terminal des bus connaît déjà une forte agitation. Le premier bus à destination de Gaborone est plein à craquer. Tandis que Véro se hisse dans le second bus pour réserver deux sièges (121 pulas par personne), je me charge de trouver une place dans la soute pour nos deux bagages. A 5h45, le second bus chargé d'une centaine de passagers prend la route. Le véhicule compte 60 places assises.

Vers 8h, nous embarquons encore une partie des passagers du premier bus qui a eu un problème mécanique.

A chaque agglomération, des gens montent ou descendent, tandis que des vendeurs proposent des boissons et des snacks. Véro ne peut résister à grignoter un maïs.

Il faudra endurer 10 heures de route avant d'atteindre la capitale, Gaborone. Nous descendons au Brackendene lodge (prix de la chambre double, petit déjeuner compris : 315 pulas )

 
 

En ce dimanche, les rues de Gaborone semblent désertées. Nous trouvons à manger à la terrasse de l'hôtel Président (ci-dessous) et nous passons la fin de la soirée devant la télévision.

 
 

Le lendemain, nous découvrons une ville bien différente: marchand de journaux, marché improvisé de chaussures, de tapis et de tissages.

 
 
 

A midi, une série de cantines installent leurs casseroles et leurs plats dans la rue. Nous imitons les employés et prenons un lunch en plein air.

 
 

Eddy et Véro

 
Repost 0
Published by Vero et Eddy - dans Botswana
commenter cet article
8 février 2009 7 08 /02 /février /2009 14:36
 
 

Retour au Botswana, pour poursuivre notre safari pédestre dans le Parc naturel de Maun. Nous rencontrons quelques termitières de belles tailles. Quelques phacochères trottent au milieu des hautes herbes. Le Parc procure aux visiteurs quelques points d'eau pour se désaltérer.

 
 
 

Arrivés à la rivière, une surprise nous y attend : un hippopotame se dirige vers la berge. Curieusement cet animal n'est pas sur la liste des hôtes du parc. On apprendra plus tard, qu'une clôture placée sous l'eau n'est plus complètement efficace et que quelques "chevaux du fleuve" débarquent occasionnellement sur la berge.

 
 

Nous restons à bonne distance du pachyderme, car l'hippo est considérer comme un animal dangereux.

 
 

Soudain l'animal nous fait face. Il semble nous avoir repérés. Nous faisons le point sur notre position et envisageons différentes possibilités de replis, si nécessaire.

 
 

L'hippo passera un bon moment sur la terre ferme, tout en restant à proximité de l'eau. Finalement l'arrivée de trois promeneurs lui fera prendre la poudre d'escampette dans un sillage de gerbes d'eau.

 
 
Eddy et Véro
Repost 0
Published by Vero et Eddy - dans Botswana
commenter cet article
2 février 2009 1 02 /02 /février /2009 18:34
 

Samedi 31 janvier, le Musée du Cinéma de Bruxelles réouvrait ses portes après deux ans et demi de travaux. L'institution a donc fait peau neuve et pour l'occasion a également changé de nom. On parlera dorévavant de CINEMATEK, une appellation unique qui conviendra aux francophones ainsi qu'aux néerlandophones.

 
 

Journée spéciale donc, au cours de laquelle le public était convié à découvrir cette rénovation tant attendue.

Un grand hall d'accueil dans lequel une série d'écrans suspendus passent des séquences en noir et blanc. C'est ici que se trouve la billeterie. Dans ce même espace, les habitués de l'ancien Musée du Cinéma retrouveront les premières machines à animations, tels que les praxinoscopes ( voir ci-dessous).

 
 
...ainsi que des phénakistiscopes et des lanternes magiques.
 
 
Un coin lecture permet de consulter revues et publications sur le cinéma.
 
 

Demain nous poursuivrons notre visite dans cet antre du 7ème ART. Sachez déjà que la "cinématek" royale de Bruxelles possède l'une des plus importantes collections de films au monde: 134 500 copies de 61 000 titres différents. La bibliothèque compte, quant à elle, 48 700 livres, 3 millions de coupures de presse, 1,5 million de photos et quelque 5 000 titres différents de périodiques. De quoi remplir les longues soirées d'hiver !

 

Demain aussi, nous essaierons de vous faire revivre l'ambiance festive de cette grande ouverture.

 
 
Véro et Eddy
 
Repost 0
Published by Vero et Eddy - dans Belgique-Belgium
commenter cet article
1 février 2009 7 01 /02 /février /2009 15:50
 

Les animaux se fondent au milieu naturel. Nous avançons en prenant soin d'éviter tout mouvement qui pourrait les déranger. A chaque enjambée, nous nous efforçons à produire des pas étouffés. Une ondulation dans les herbes, accompagnée d'un crissement de feuilles : un serpent prend ses distances. Nous repérons une girafe qui nous observe sans doute depuis un bon bout de temps.

 
 

La girafe évolue gracieusement, sans prêter beaucoup d'attention à notre présence, trop occupée à s'alimenter.

 
 

La girafe se nourrit des feuilles d'acacias.  Sa longue langue se faufile entre les épines pour apréhender les pousses les plus tendres.

 
 

La girafe ne broute jamais très longtemps au même acacia. Et cela s'explique. Les acacias broutés produisent une substance qui augmente leur teneur en tanin, ce qui rend les feuilles plus amères et donc moins appétissantes pour l'animal. La concentration en tanin peut atteindre des taux mortels pour les herbivores qui s'obstineraient à  brouter la plante. L 'acacia se défend en empoisonnant ses agresseurs ! 

A lire absolument: 
http://mysteres-verts.over-blog.com/pages/LAPPEL_AU_CARNAGE-740748.html

 
 
 
 

Véro et Eddy

Repost 0
Published by Vero et Eddy - dans Botswana
commenter cet article