Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenue

Avril 2018 : Ce blog, développé sur une plateforme gratuite, et actif de 2005 à 2011 reçoit encore entre 50 et 100 visites par jour. Mais, comme il est envahi par la publicité, depuis 2012 nous alimentons un nouveau projet sur www.veroeddy.be . Sous ce même nom vous nous trouverez sur les réseaux sociaux où ce sera une grande joie de communiquer avec vous  C'est toujours un plaisir de lire vos découvertes et d'échanger sur notre intérêt partagé pour le voyage. Si vous avez une question, n'hésitez pas à nous laisser un commentaire ou à nous envoyer un mail,

A bientôt.

Véro et Eddy

Recherche

Nous sommes ravis de vous accueillir virtuellement dans notre espace voyage. Nous avons ouvert ce blog de voyage en 2005, mais nous bourlinguons ensemble depuis bientôt 40 ans. Nous espérons  vous divertir avec nos récits, mais surtout, vous donner envie de découvrir le monde, vous aussi. Si vous souhaitez poser une question, et que vous n'êtes pas sur le réseaux sociaux, notre mail :  C'est ici
Merci pour l'intérêt que vous portez à nos aventures. Bonne découverte.  
Véro et Eddy

8 août 2011 1 08 /08 /août /2011 21:36
 
Aujourd'hui, nous effectuons la traversée jusqu'à l'île de Gorée.
 
 
A quelques encablures du continent, l’île de Gorée aiguise la curiosité du visiteur avide d’histoire. C’est ici, que durant trois siècles, des bateaux négriers déportaient leurs marchandises humaines vers le Nouveau Monde. Si la ville de Saint-Louis connaissait un trafic d’esclaves bien plus important, l’île de Gorée n’en était pas moins lieu de regroupement.
 
A l’époque où le commerce des Africains était en pleine expansion, l’île abritait plusieurs maisons des esclaves comme celle-ci.
 
 
Les esclaves y étaient rassemblés et triés (hommes, femmes, enfants) avant d’être embarqués de force sur des bateaux négriers. Entassés comme des sardines dans une boîte, les malheureux effectuaient un voyage épouvantable de plusieurs semaines en mer.
Les conditions de vie à bord étaient telles qu’une partie des esclaves mouraient au cours de la traversée.
 
La maison des esclaves
 
Au rez-de-chaussée se trouvent les cellules plongées dans l’obscurité. Cellules des Hommes, des Enfants, Chambre de pesage, cellules des femmes, des jeunes filles. Dans celles réservées aux hommes, faisant chacune 2,60 m sur 2,60 m, on enfermait jusqu’à 15 à 20 personnes. Cette petite maison pouvait contenir entre 150 à 200 esclaves.
 
 
 
 
Un large escalier à double flèche conduit à l'étage qui était occupé par les  marchands négriers.
 
 
Aujourd'hui, si la maison des esclaves revêt à la fois un intérêt historique et un intérêt touristique, nous avons aussi à nous souvenir de toute la souffrance qui se cache derrière chaque cliché.
 
Eddy et Véro
 
Partager cet article
Repost0

commentaires

M
<br /> <br /> Je me souviens d'avoir visité cette maison des esclaves à Gorée. Un souvenir émouvant. J'y pense souvent.<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre