Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Infos du jour

Juillet 2017 : Ce blog actif de 2005 à 2011 reçoit encore entre 50 et 100 visites par jour. Mais depuis 2012 vous trouverez notre nouveau projet et tapant www.veroeddy.be dans votre moteur de recherche préféré. A bientôt. Véro et Eddy

Recherche

Nous sommes ravis de vous accueillir virtuellement dans notre espace voyage. Nous avons ouvert ce blog de voyage en 2005, mais nous bourlinguons ensemble depuis plus de 30 ans. Nous espérons  vous divertir avec nos récits, mais surtout, vous donner envie de découvir le monde, vous aussi. Si vous souhaitez poser une question  C'est ici
Merci pour l'intérêt que vous portez à nos aventures. Bonne découverte.  
Véro et Eddy

Archives

22 septembre 2005 4 22 /09 /septembre /2005 00:00
île de Pâques
motu
La cérémonie de l’Homme Oiseau.

Au mois de juillet de chaque année, avait lieu à Orongo, la fête de l’Homme Oiseau. Toute une foule se réunissait dans trois grandes huttes réservées pour la cérémonie. Hommes, femmes, chefs guerriers, serviteurs et candidats au titre, tous chantaient et dansaient sur le chemin qui mène au volcan. Les hommes, le visage peint en rouge et en noir, couronnés du diadème de plumes, tenant à la main une rame, se dirigeaient vers la falaise d’Orongo. Les candidats au titre d’Homme Oiseau étaient choisis par les prêtres et les chefs de l’île.
Chaque candidat envoyait alors son serviteur sur l’îlot le plus éloigné de la falaise, le Motu Nui.

Les serviteurs nageaient jusqu’à l’îlot, emportant avec eux quelque nourriture en prévision d’un long séjour.

homme oiseau

Chacun d'eux, se cachait ensuite dans les grottes, guettant l'apparition des oiseaux, dans l'espoir de se saisir du premier oeuf pondu.
A Orongo, c'était aussi l'attente.
Les prêtres récitaient sans cesse les prières et offraient de la nourriture au dieu
MAKE MAKE.
Enfin, le cri tant attendu se faisait entendre : "Toi, rase ta tête!"
Debout sur un rocher, le serviteur qui avait découvert dans l'herbe le premier oeuf, prévenait son maître.
Alors, tous les serviteurs malchanceux encadraient le vainqueur et regagnaient à la nage tous ensemble la falaise d'Orongo.

homme oiseau
Le vainqueur remettait l'oeuf à son maître qui devenait, pour un an, le nouvel Homme Oiseau.
Ce dernier se rasait le crâne, les sourcils et les cils afin d'être reconnu de tous.
C'est lui également qui donnait son nom à la nouvelle année qui commençait. Puis, l'Homme Oiseau allait vivre seul dans une hutte où était suspendu l'oeuf vidé. Son serviteur le nourrissait avec les offrandes quotidiennes de la population. Après un an, l'oeuf perdait ses pouvoirs magiques. On le cachait alors dans les rochers du RANO RARAKU et une nouvelle cérémonie pour désigner un autre Homme Oiseau pouvait commencer. La dernière cérémonie de l'Homme Oiseau eut lieu en 1866.
 

maori

rapa nui
Eddy

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Zerbinette (Milady) 23/01/2007 06:45

Mille excuses : j'ai la manie de me transformer de temps à autre !Je me promène aussi sur votre blog, avec beaucoup de plaisir. Attirée tout de suite par les articles sur l'Île de Pâques, «découverte» grâce au livre de Thor Heyerdal, «Aku-Aku».... et je continue la balade...

Vero et Eddy 23/01/2007 21:49

C'est papa qui me parla de Thor Heyerdal pour la première fois. Il m'emmena à une exposition conférence dont je n'ai qu'un lointain souvenir car j'étais trop jeune. Véro

honorius 23/09/2005 00:01

j'ai vu un très bon film sur ce sujet (me rappelle plus le titre.. ah l'âge !)du beau boulot votre blog.Bisous Vero, amitiés eddy
Merci pour ton commentaire... C'est toujours encourageant d'avoir du répondant.
En ce qui concerne le film (je ne l'ai pas vu) mais je pense que le titre  devait  être "Rapa Nui"
Non ?
Amitiés Eddy
Bisous Véro

MichÚle 22/09/2005 11:46

Chouette, la suite ... j'adore ! (en plus je suis au cours mais là, j'ai 5 minutes ...)
Bien de la chance, nous aux cours on est surveillés. J'ai déjà reçu une remarque parce que je faisais autre chose durant une explication un peu lente.  AIE ! V.