Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Infos du jour

Juillet 2017 : Ce blog actif de 2005 à 2011 reçoit encore entre 50 et 100 visites par jour. Mais depuis 2012 vous trouverez notre nouveau projet et tapant www.veroeddy.be dans votre moteur de recherche préféré. A bientôt. Véro et Eddy

Recherche

Nous sommes ravis de vous accueillir virtuellement dans notre espace voyage. Nous avons ouvert ce blog de voyage en 2005, mais nous bourlinguons ensemble depuis plus de 30 ans. Nous espérons  vous divertir avec nos récits, mais surtout, vous donner envie de découvir le monde, vous aussi. Si vous souhaitez poser une question  C'est ici
Merci pour l'intérêt que vous portez à nos aventures. Bonne découverte.  
Véro et Eddy

Archives

25 février 2007 7 25 /02 /février /2007 17:47

Nous poursuivons notre descente vers Pyay. Sur le pont du navire s'entassent les objets les plus divers: bicyclette,parapluies,cintres, etc

Une cruche remplie d'eau potable est mise à la disposition des passagers.

Les arrêts sont fréquents. Il suffit que quelqu'un agite les bras sur l'une des rives, pour que le bateau manoeuvre et vienne se placer le plus près possible de la berge.
 
 
Etrait du carnet de notes de Véro
 
La cargaison déborde du pont... J'ai l'impression de naviguer à bord de la "Samaritaine".

(à suivre)

Véro et Eddy

Partager cet article

Repost 0
Published by Vero et Eddy - dans Myanmar ou Birmanie
commenter cet article

commentaires

Sieglind 26/02/2007 11:32

Je ne te raconte même pas le nombre de poches plastiques qu'il aurait fallu pour réparer la bassine que je viens de ficher en l'air (elle prenait l'eau pire que le Titanic ! J'aurai bouffé en poches le prix d'un nouvel ustenciles hé, hé !)Chouette suite... j'aime décidemment bien ce style carnet de bord !Bonne journée vous-deux

Vero et Eddy 27/02/2007 20:55

Quoi et tu l'as jetée... Sais-tu que j'aurais pu faire bien des heureux lors de notre prochain voyage. Ici, je plaisante, mais sans rire ils y a des gens qui ne vivent qu'avec le contenu de nos poubelles. Véro

Sophie 26/02/2007 06:20

Magnifique vos reportages sont toujours de très grandes qualité et une mine d'informations.....
belle journée

Vero et Eddy 27/02/2007 21:48

Chaque voyage est personnel. Notre objectif est d'inciter les gens à aller se rendre compte sur place. Véro

martine 26/02/2007 06:09

J'aime beaucoup ce reportage sur la descente de ce fleuve, ces petites scènes de vie à bord et sur les rives pleines de couleur me ravissent et me font rêver. Merci

Vero et Eddy 27/02/2007 21:57

Je pense que je m'amuserais autant à descendre sur une des jolies péniches présentées sur ton blog. Véro

Mimisan 26/02/2007 02:03

Bonjourje suis toujours très impressionnée par cette série d'articles sur la descente du fleuve.j'ai oublié combien de jours elle a duré. Les étrangers doivent être rares à bord de cette embarcation-là; vous étiez bien acceptés par les autres? Dans ce pays, attitude naturelle ou de curiosité bizarre, ou de refus ou peur à l'égard de l'étranger, ajoutons étranger occidental?  Je sais que l'attitude des autres dépend beaucoup aussi de la nôtre mais pas uniquement...En tout cas, j'apprécie beaucoup cette série et vous en remercie.

Vero et Eddy 27/02/2007 22:37

Nous avons consacré 3 semaine à la descente. en fait, il faudra terminer la chose. Mais à un certain moment, ous n'avions plus que quelques jours de visa et nous n'avions pas de billet d'avion pour quitter le pays. Donc il n'était pas possible d'attendre un autre bateau et de reprendre la descente pour plusieurs jours encore. C'est donc une descente inachevée.
Les Birmans sont très hospitaliers. Ils sont heureus de rencontrer des personnes qui s'intéressent à leur pays. Nous emportons toujours un livre sur la Birmanie et des cartes postales de Belgique. Cela aide à passer le temps car ces bateaux sont très lents. On regarde les images et on compare.
J'ai le contact facile, cela aide beaucoup. Et j'adore tout essayer en voyage et donc je me plie à toutes les habitudes locales, je goûte tous les produits, j'achète aux marchands qui montent à bord et je partage avec les autres passagers. Je me laisse maquiller par les filles et puis je les maquille à mon tour, je pose mille questions. Pour le reste des passagers, les sanitaires étaient communs. Les plus audacieux nous demandaient pour utiliser notre salle de bain privée. A bord, il n'y a personne qui voyage pour son plaisir. Mais ils savent que ces étrangers ont de drôles d'idées.  Bref pas le moindre problème pour être acceptés. Véro